Derrière le sourire de Laeticia

APAISEMENT | L’épouse de Johnny Hallyday calme le jeu des folles rumeurs dans une longue interview.

Johnny et Laeticia

© GAMMA | Les rumeurs n’ont pas cessé depuis l’été, sur la maladie de Johnny, son divorce de Laeticia.

Cécile Lecoultre | 02.11.2009 | 00:01

Ces derniers temps, autour du clan Hallyday, un ouï-dire en annulait un autre. Johnny avait le cancer, Johnny ne l’avait pas, Johnny en avait un petit. Laeticia se lassait de ses frasques, Laeticia domptait ses démons, Laeticia ne divorçait pas. Relayé par internet, ce magma de potins enflait et dégonflait, les chroniqueurs mondains s’activant même à souligner que Johnny était très fâché de voir sa belle compagne harcelée par ce cortège de rumeurs. Ben voyons, voilà qui alimentait le feuilleton.

Dans une interview à Paris Match, Laeticia, 34 ans, reprend le contrôle de la situation. En couverture, l’affaire s’éclaircit d’emblée: «Avec Johnny, parfois, nos chemins se séparent.» Et la photo de plaider pour une femme libre, en minijupe de collégienne, le regard tendu vers l’horizon, dans une rizière au Cambodge. Laeticia se confie, posant au hasard des anecdotes, des réflexions qui marquent. «L’infidélité de mon mari a presque été une chance. J’ai cherché ma part de responsabilité», dit-elle avec une sérénité de parfaite gestionnaire. Idem pour la maladie. Elle raconte l’angoisse, envisage l’issue. Johnny porte fièrement ses 66 printemps d’éternel rockeur mais Laeticia devine que ça ne durera pas toujours. Elle évoque largement sa nouvelle mission, ambassadrice de l’Unicef. Cette responsabilité lui permet de prendre le large, d’aider les enfants. Elle semble en avoir tiré une force nouvelle, ne pose plus seulement en «Mme Hallyday». La groupie s’est métamorphosée en entrepreneuse affirmée.

Derrière son sourire inoxydable, tenace, Laeticia Hallyday lâche aussi quelques secrets, l’anorexie, les démons de l’adolescence, le refus du sentiment amoureux. Johnny l’a guérie. Elle en a même retrouvé le sens de l’humour, applaudissant avec ironie les gags à ses dépens que lui réserve l’humoriste Nicolas Canteloup. La classe, quoi.