·                    80      

Johnny Hallyday dans un état stable après sa nouvelle opération

Olivier Delcroix et Jean-Luc Wachthausen

11/12/2009 |

La tournée d'adieux de Johnny, interrompue fin novembre, devrait reprendre le 8 janvier à Amiens. Ici, à Montbéliard, le 16 octobre. Crédits photo : AFP

Le chanteur s'est réveillé dans la soirée de jeudi après un court coma artificiel. Mais la polémique enfle : son producteur met vivement en cause le médecin français qui l'a opéré le 26 novembre dernier à Paris.

Depuis plus de six mois, l'état de santé de Johnny Hallyday donne lieu aux rumeurs les plus folles. Fin juillet, sa chute sur un yacht ancré en baie de Monaco lui vaut l'intérêt croissant des médias. D'abord hospitalisé à l'Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine pour un bilan de santé, la batterie d'examens révèle «un petit cancer» du côlon dont il est opéré durant l'été. Suite au décès de Michael Jackson, les assureurs de son spectacle sont en effet devenus «très frileux».

Après un repos mérité en famille sur l'île de Saint-Barthélemy, Johnny effectue son retour sur scène, le 18 septembre, sous les projecteurs de l'Olympia de Paris. Tout semble oublié. Le 26 novembre dernier, la star du rock français est opérée d'une hernie discale à la clinique internationale du parc Monceau, à Paris. L'intervention, programmée depuis plusieurs jours, est pratiquée par le neurochirurgien Stéphane Delajoux, médecin très connu dans le milieu artistique, qui avait notamment opéré Marie Trintignant et Charlotte Gainsbourg.

Les chirurgiens américains «outrés» par l'opération

Une intervention pointée du doigt vendredi matin par le producteur de Johnny Hallyday, Jean-Claude Camus, qui a vivement mis en cause Stéphane Delajoux. «Les (chirurgiens) américains étaient outrés» par l'opération. Il n'y a «pas eu de drain de posé», ce qui est la procédure normale pour une hernie discale, a-t-il déclaré sur Europe 1. «Aux Etats-Unis, on me dit que son opération a été un massacre», a-t-il renchéri quelques minutes plus tard sur RTL.

Le neurochirurgien Stéphane Delajoux. Crédits photo : AFP

Quelques jours après cette nouvelle intervention, Johnny avait pris l'avion pour Los Angeles avec son épouse Laeticia afin de retrouver leurs deux filles adoptives Jade, 5 ans, et Joy, un an. Alors que la famille prévoyait de passer les fêtes de fin d'année dans son chalet de Gstaad (Suisse), Johnny est à nouveau admis, lundi, à l'hôpital Cedars-Sinaï. «À la faveur de l'hospitalisation, il a été constaté par les médecins de l'hôpital Cedars-Sinaï de Los Angeles des lésions résultantes de l'opération qu'il a subie le 26 novembre à Paris qui ont nécessité une opération réparatrice, la nuit dernière», selon le service de presse du rocker dans un communiqué publié jeudi.

«Un demi-sommeil pour éviter douleur et complications»

Cette intervention s'est cette fois-ci déroulée sans encombre. Son entourage proche indique alors qu'il a été mis «sous fortes perfusions d'antibiotiques» et «maintenu dans un demi-sommeil pour éviter douleur et complications». Avant de se réveiller dans la soirée. Il est désormais dans un état stable. Il a également reconnu son épouse, selon Jean-Claude Camus, cité par RTL. Plus tôt dans la journée, celle-ci avait jugé la «situation préoccupante». Des proches du chanteur et des membres de sa famille seraient en route pour Los Angeles.

Le Dr Stéphane Lievain, directeur de la clinique internationale du parc Monceau, a quant à lui, indiqué que les «médecins se parlaient entre eux», estimant qu'il était «un peu tôt» pour réagir. «En ce qui nous concerne l'intervention s'était déroulée normalement, le patient est sorti dans des conditions normales, en marchant», a-t-il ajouté.

La tournée d'adieux de Johnny, interrompue fin novembre, devrait reprendre le 8 janvier à Amiens. Vingt-quatre concerts sont encore programmés, à un rythme très intense presque un concert par jour jusqu'au concert de clôture, le 13 février à Paris-Bercy.